Et les numéros gagnants sont…

Le suspens était à son comble depuis plusieurs jours! Sarkozy voulait aller vite, faire un gouvernement de petite taille, paritaire et « d’ouverture ». Le nom du premier ministre est enfin connu (en fait depuis mars), vous pouvez apprendre vos slogans : « Fillion si tu savais… »

Pour la vitesse pas de problème! Sarkozy était à peine installé depuis moins de 24h à l’Elysée qu’il avait déjà fait un footing avec son premier ministre. C’est sur, si la droite gagne l’assemblé, le quinquennat sera sportif et médiatisé. Premier conseil des ministre aujourd’hui à 16h30 : ça va pas tarder.

Et de toute façon c’est pas cette été que ça va chômer! Vous croyez que ça se détruit quand un code du travail?

Sarkozy voulait un gouvernement à son image : de petite taille (ouais je sais ça sert à rien de se moquer de lui de cette façon mais bon, ça soulage!). Avec 15 ministre pour son premier gouvernement (ça serait pas le premier président à faire plusieurs gouvernement) il semble à peu prêt réussir sur ce point là! C’est sur que lorsque on dilue l’écologie dans un grand ministère on supprime déjà un ministre. Après faut voire l’efficacité.

J’attends de voir le nombre de « ministre délégué » pour constater la diminution (ou non) de la taille du gouvernement. De toute façon je m’interroge sur la démarche d’un gouvernement resserré. Si c’est pour mieux concentrer les pouvoirs…

Paritaire? Là aussi l’affiche semble correct : quinze ministres dont huit hommes et sept femmes. Cependant il faut rajouté quatre secrétaires d’Etat et un haut commissaire qui sont tous des hommes. On arrive donc à un totale de 14 hommes (8 ministres + 4 secrétaires d’états + 1 haut commissaire + 1 premiers ministre + 1 président de la république) contre seulement 7 femmes. En réalité le ratio est 1/3 de femmes pour 2/3 d’hommes. Je me rappel de cette phrase de la droite : « Sarkozy c’est un homme qui cache une foret de femme, Ségolène une femme qui cache une foret d’homme ». Et bien il les cache drôlement bien!

Après la rupture, l’ouverture! Entre les UDF acheté à grand cout (et aussi coups) et les « socialistes » frustré, on s’attendait à un gouvernement « d’union national » tel que nous promettait Bayrou. Que néni! Avec 15 ministre, il n’a pas eu les moyens de se payer plus de transfuge.

Donc 2 anciens camarades (Besson à démissionné et si on ne démissionne pas Kouchner c’est moi qui le fait) sont tellement frustré de ne pas avoir « la place qu’ils méritent » qu’ils ont renié leurs idées politique pour s’assoir dans les fauteuils de l’État. Belle mentalité!!!Pour l’UDF, c’est moins étonnant! Aucun des député de Bayrou ne croyait à son idéologie. Si ses électeurs peuvent être centriste, aucun élu ne l’était. On verra a la prochaine assemblé!L’UMP reste donc l’armature de ce gouvernement qui avec 13 de ses 15 membres est ultra-majoritaire. De toute façon à la première escapade : Kouchner, Hervé Morin (UDF) et Besson pouront faire leurs bagages!Et pour la rupture, n’oublions pas Juppé, Borloo, Fillion, MAM, Hortefeux et Xavier Bertrand qui nous apportent la nouveauté!

Un bien beau gouvernement nous à donc été proposé. Mais pour ceux qui le souhaite un second tirage peut être proposé vers le 20 juin en cas de victoire socialiste à l’assemblée nationale.

Les numéros tirés sont :
  • Alain Juppé, ministre des emplois fictifs
  • Jean-Louis Borloo, ministre de l’apéro et de la caution sociale du gouvernement
  • Michèle Alliot-Marie, ministre du chiraquisme
  • Bernard Kouchner, ministre de la caution de gauche
  • Brice Hortefeux, ministre du racisme nationale et de l’ADN des fraçais
  • Rachida Dati, ministre de l’aménagement urbain à coup de karsher
  • Xavier Bertrand, ministre de la destruction du code du travail
  • Xavier Darcos, ministre du dégraissage de mammouths
  • Valérie Pécresse, ministre de la suppression des bourses et de la privatisation des universités
  • Hervé Morin, ministre de l’augmentation du budget militaire
  • Roselyne Bachelot-Narquin, ministre de la franchise médicale et du footing de sarko
  • Christine Boutin, ministre des expulsions et du faux droit opposable
  • Christine Lagarde, ministre de l’Agriculture intensive
  • Christine Albanel, ministre de la Culture américaine et de la propagande
  • Eric Woerth ministre du déficit public et de la surpression des fonctionnaires
  • Roger Karoutchi, secrétaire d’Etat auprès du Premier ministre, chargé de la diminution des droits du parlement
  • Eric Besson, secrétaire d’Etat auprès du Premier ministre, chargé de l’affaiblissement du PS
  • Dominique Bussereau, secrétaire d’Etat auprès du ministre d’Etat, ministre dit « de l’effet nicolas Hulot »
  • Jean-Pierre Jouyet, secrétaire d’Etat auprès du ministre des Affaires étrangères et européennes chargé de faire ratifier la constitution européenne
  • Martin Hirsch, Haut commissaire aux catholiques généreux.