Les girafes africaines en grand danger

La biodiversité Africaine disparait à une vitesse efroyable. Au moins six espèces de girafe africaine se trouvent en grand danger et menacées d’extinction, ont averti des biologistes kenyans et américains.

La population de 110.000 girafes africaines, dont on pensait à l’origine qu’elle ne constituait qu’une seule espèce dans toutes les savanes, s’est trouvée dispersée en raison de l’aridité croissante et des pressions humaines, selon ce document préparé avec le soutien de la Société de Conservation de la Faune et de la flore basée aux Etats-Unis.

Au cours de la dernière décennie, « braconnage intensif et conflits armés en Somalie, en Ethiopie et au Kenya ont réduit le nombre de girafes réticulées, passé d’environ 27.000 dans les années 1990 à moins de 3.000 actuellement« , affirme l’étude, rendue publique samedi.

« Plusieurs de ces unités génétiques auparavant méconnues sont en grand danger, telle la girafe d’Afrique occidentale, qui ne compte plus que 100 individus dans une seule région du Niger », selon la même source.

Au moins 160 girafes nigérianes se trouvent en Afrique de l’Ouest et en Afrique centrale, et quelques centaines de girafes Rothschild dans des secteurs protégés du Kenya et de l’Ouganda.

Selon les chercheurs, la menace d’exinction est réelle puisque les girafes sont inscrites dans la catégorie de risque le plus bas sur la liste rouge de l’Union mondiale pour la nature (UCIN), les différentes espèces étant « considérées comme formant une seule et même espèce ».

Publiée dans la dernière édition du journal de biologie BMC, l’étude de la constitution génétique de ces animaux contredit la théorie d’une espèce unique. Le rapport appelle donc à mettre en place une conservation séparée des différentes populations de girafes.

Un groupe international d’étude de la girafe (IGWG) travaille actuellement avec plusieurs directions de conservation de la faune et de la flore en Afrique pour effectuer un recensement des girafes, qui peuvent mesurer jusqu’à six mètres en hauteur et peser une à deux tonnes une fois adultes.

Cette opération de recensement est en cours au Sud Soudan, où quatre espèces de girafe distinctes récemment découvertes ont survécu à plus de deux décennies de guerre civile. Deux espèces très différentes ont également été découvertes au Kenya.

En septembre, le service kényan de la vie sauvage avait jugé que les animaux sauvages étaient menacés de disparition dans la plus ancienne réserve naturelle du Kenya, en constatant la destruction de l’habitat naturel à l’intérieur et autour du parc national de Nairobi.