Sommes nous prêt à un chantier d’envergure nationale?

La France possède une infrastructure téléphonique de grande qualité, un réseau TGV qui relie Marseille à Paris en 3 heures, la téléphonie mobile sur presque tout le territoire, etc. Le point commun? Presque tout ces chantiers ont été financer par de l’argent public et des péréquations (les zones denses payant pour les autres). Même la téléphonie mobile à été financer pas une hausse du coût de la communication vers les portables (donc tout le monde à payé la facture). Que faire pour l’internet très haut débit (fibre optique)?

Les applications nouvelle de l’ADSL touchent les limites des débits qui sont offert. En effet, quand on cumule l’internet (avec les vidéo en ligne), le téléphone et la TV (bientôt haute définition), les 10 Méga de réception ne seront bientôt plus suffisant. Malheureusement, les réseaux téléphonique sont terminé par une boucle en cuivre qui empêche aujourd’hui toute augmentation de débit.

La solution? Relié tout les terminaux aux domiciles des clients par de la fibre optique. Mais ces quelques centaines de mètres entre le terminal et le client (parfois quelques km) représente au final plus de 300 000 km de fibre à déposer. Un chantier colossale de plusieurs milliards d’euros, digne des plus grandes ligne de TGV.

Du coup, pour l’instant les industriels déploient leurs réseaux là où l’investissement est minimal : surtout à Paris, au centre de Lyon et de Marseille, seules villes de France à disposer d’égouts visitables où les fibres peuvent être  » tirées  » facilement.

La fracture numérique a donc tendance à s’alourdir de plus en plus (si vous ne recevez toujours pas l’ADSL, ne rêvez pas). Quels sont les solutions pour amener l’internet haut débit dans les régions qui en sont toujours dépourvus?

La 4ème licence 3G pourrait être une solution. Ceci dis en passant c’est l’une des solutions privilégié en Irlande. L’ADSL est très peu répandus, ils ont tous une boite connecté au 3G qui permet de se connecter partout ou il y a un réseau de téléphonie mobile. Un arrangement pourrait être trouvé pour donner à moindre coup cette licence (extrêmement chère, Free à bien fait une offre mais elle est en dessous du prix officiel) à celui qui monte un projet qui permettra de relier les région reculé montagneuse à l’internet haut débit (minimum 512ko voire 1Mo) pour un tarif abordable.

Une autre solution pourrait être de créer un réseaux commun gérer par une entreprise publique qui serait financer par l’argent publique et une partie des forfait internet. Cette dernière solution permettrait de limiter la fracture numérique tout en accélèrent énormément l’avancée des travaux pour les petites villes et village. Ce réseaux pourrait être remboursé en 15-20 ans à l’État. Et pour les libéraux puriste, elle n’empêcherait en rien la concurrence des offres internet.