3 questions à se poser avant d’ouvrir un commerce

un commerce

Publié le : 14 août 20216 mins de lecture

L’ouverture d’un commerce représente aujourd’hui un mode d’entrepreneuriat très prisé. Cela consiste à ouvrir une boutique de vente de produits finis. Il n’y a donc pas de transformation à effectuer, du moins, très peu. Une telle aventure n’est, toutefois, pas gagnée d’avance. Un minimum de prérequis est indispensable pour la réussite de tout commerce.

1. Quel est précisément mon projet ?

Il est primordial de le comprendre qu’il existe aujourd’hui une multitude d’outils d’aide pour la mise en place d’un business rentable. Des annuaires des commerçants aux associations qui proposent des assistances, les recours existent sous toutes les formes. Cependant, l’échec est presque assuré lorsqu’on ne définit pas clairement la nature de son projet. Pour cela, il faut procéder :

  • À une étude de marché ;
  • La définition des objectifs.

L’étude de marché

L’étude de marché est avant tout une démarche méthodologique pour apprécier la viabilité de son projet. Il permet de confronter ses appréhensions aux réalités concrètes du terrain. Une fois le secteur d’activité défini, il a pour but d’apporter des réponses à plusieurs questions telles que :

  • Comment fonctionne le marché ?
  • Quel est l’état du marché ?
  • Les perspectives sont-elles prometteuses ?
  • Quelles sont les récentes innovations dans ce secteur ?
  • Y a-t-il des dispositions fiscales ou judiciaires spécifiques ?

Soulignons qu’une étude de marché peut se faire de plusieurs manières. En général, on distingue les méthodes quantitatives, qualitatives et documentaires. Les méthodes quantitatives ont pour but de fournir des informations chiffrées. On se base donc sur des statistiques pour avoir une vision plus ou moins globale du marché.

Les méthodes qualitatives permettent d’effectuer une exploration en profondeur du comportement des consommateurs. La taille de la population considérée peut être moindre que dans le cadre d’une méthode quantitative, mais pour un résultat plus riche en information. Les méthodes documentaires se basent quant à elles essentiellement sur les écrits existants sur le secteur. Elles peuvent utiliser comme source, selon l’information recherchée, un annuaire des commerces de proximité, un annuaire professionnel, un article ou un interview.

Définir ses objectifs

Une étude de marché bien menée doit pouvoir, à terme, permettre d’avoir une bonne vision de la réalité du marché. Il devient donc plus facile de définir des objectifs tout aussi ambitieux que réalistes. À cette étape, vous pouvez disposer d’une idée de projet claire. Il ne reste donc qu’à rédiger votre business plan.

À parcourir aussi : Comment trouver des managers de transition expérimentés ?

2. Faut-il opter pour un commerce en ligne ou physique ?

Selon qu’une boutique soit physique ou en ligne, les avantages et les inconvénients associés ne sont pas les mêmes.

L’e-commerce

Les outils de ventes en ligne offrent aujourd’hui une opportunité impressionnante pour tout commerce. Une vitrine en ligne donne accès à une clientèle presque infinie. Elle permet une analyse plus stricte et régulière de l’évolution des activités. Il suffit d’ailleurs de quelques clics et le tout est fait. De plus, il est possible de disposer de données quantitatives sur les motivations et le comportement des clients. Il faut, toutefois, noter que cette option ne permet pas de créer des liens solides et profonds avec la clientèle. De plus, elle peut engendrer plus de coûts pour la publicité.

La boutique physique

À l’instar d’un e-commerce, l’ouverture d’une boutique physique ne nécessite pas un fond colossal. Elle a l’avantage de faciliter de se familiariser avec les consommateurs. Aussi, cette option réduit considérablement les frais publicitaires. Notons qu’il est possible de disposer à la fois d’une boutique physique et d’une vitrine en ligne. Cela permet non seulement une forte visibilité, mais aussi une grande proximité avec les clients.

Est-ce que je dispose des compétences requises ?

La gestion de toute entreprise implique un minimum de compétence. En plus d’une bonne connaissance du secteur d’activité, vous devrez organiser et coordonner des réunions, des négociations et bien d’autres encore. Il n’est pas nécessaire de disposer de toutes ces connaissances, mais si vous pouvez vous former, n’hésitez pas à le faire. Cela augmentera votre capacité managériale et votre efficacité.

3. Comment choisir un local ?

Le local fait partie intégrante des éléments à prendre en compte pour bien préparer l’ouverture de son commerce. Deux options existent :

  • Être son propre propriétaire : dans ce cas, vous disposez d’un local qui sera mis à profit pour le compte de votre entreprise. Un tel pourrait nécessiter un investissement considérable.
  • Souscrire pour un contrat de bail commercial.

Quelle que soit l’option choisie, vous devez prendre en compte certains critères pour assurer la rentabilité de vos affaires.

  • La localisation : pour assurer une bonne visibilité, il est important de bien situer son affaire. La proximité avec un parking de transport en commun, par exemple, permettra d’augmenter considérablement le flux de la clientèle.
  • La nécessité de faire des travaux : tous les locaux ne sont pas adaptés pour toutes les activités. Il est donc important de vérifier si le local choisi convient. De plus, des travaux supplémentaires pourraient revenir très chers.
  • Les spécifications du contrat de bail : si le contrat spécifie les activités acceptées dans ce local, toute violation pourrait induire des sanctions. Il faut donc s’assurer de bien comprendre les éventuels interdits associés au local choisi.

Plan du site