6 pièges à éviter en achetant une maison de campagne

maison de campagne

La crise sanitaire provoquée par le Covid-19 aura fait naître des envies d’espace et de verdure chez de nombreux citadins qui rêvent de posséder un jour une maison de campagne. Il s’agit cependant d’un projet nécessitant de la prudence et de l’attention afin de ne pas rater votre investissement. Pour vous y aider, vous trouverez dans ce texte la liste des principaux pièges à éviter.

1. Faire une seule visite

Il s’agit d’un conseil régulièrement répété aux acheteurs par les spécialistes de l’immobilier. Vous ne devez jamais vous contenter d’une seule visite pour acquérir un logement, même pour y résider quelques semaines à l’année ! Revenez sur les lieux plusieurs fois avant de faire une proposition d’achat. Attention toutefois à varier vos horaires de visites. Vous pourrez ainsi mieux évaluer la circulation, le bruit, la luminosité (et bien d’autres paramètres encore) à différents moments de la journée. Si, en consultant les annonces immobilières, vous repérez une maison en vente qui pourrait potentiellement vous intéresser, faites un premier repérage sans la participation de l’agent. Cela vous permettra d’avoir un premier regard sur l’habitation avant même d’en discuter avec le professionnel.

Vous êtes à la recherche de maisons et d’appartements dans le département de la Corrèze ? Exposez votre projet et vos envies à une agence immobilière à Brive ! Vous profiterez en plus de nombreux conseils grâce à la bonne connaissance du marché local de ces professionnels.

2. Aller au-delà de l’aspect visuel

Durant le processus de vente d’une maison de campagne, il est primordial d’examiner attentivement le bâtiment. Nul besoin ici d’être un expert en la matière ! Il vous suffit simplement d’un peu d’attention pour identifier certains signes d’alerte. Inspectez ainsi la toiture et les mûrs. Assurez-vous que l’ensemble soit sain et sans la moindre trace d’humidité. Vous n’oublierez pas non plus de jeter un coup d’œil aux pièces situées en dessous du niveau de la maison (cave, garage, etc.) afin d’éliminer les risques d’une remontée d’humidité par capillarité.

3. Négliger les zones à risques

Avant de signer l’acte d’achat et de verser un premier acompte, il est fortement conseillé de vous renseigner au sujet des risques naturels auxquels vous êtes potentiellement exposé. En fonction des circonstances, le logement est peut-être concerné par un risque d’inondation ou d’incendie. De telles informations sont disponibles auprès de la mairie de la commune sur laquelle se situe le logement. Il s’agit de plus d’une obligation légale imposée au vendeur. Dans le cas contraire, la vente pourrait être purement et simplement annulée.

4. Oublier les normes et la réglementation

Si vous envisagez d’investir dans une maison de campagne ancienne, vous allez devoir prendre en considération la remise à niveau de certains éléments. En effet, les réglementations en la matière évoluent fréquemment et bon nombre de propriétaires n’ont pas pris la peine d’effectuer les travaux nécessaires. Cependant, lorsque l’on met en vente son bien, il est obligatoire de réaliser une visite technique. Celle-ci a pour but de contrôler le bon respect de la loi concernant l’amiante, le plomb ou certains nuisibles comme les termites par exemple. Il est désormais imposé aux vendeurs de fournir aussi les performances énergétiques de l’habitation. Exigez ces documents à l’occasion de votre première visite.

5. Ne pas porter attention à l’environnement immédiat

Ne commettez surtout pas l’erreur de concentrer votre attention sur la seule maison et de faire abstraction des abords immédiats. Commencez par vérifier l’accessibilité du logement. Quelles voies d’accès ? Est-ce desservie par une ligne de transport en commun ? Vérifiez ensuite la présence des commerces que vous jugerez essentiels. Enfin, efforcez-vous de repérer les éventuels problèmes que vous pourrez avoir une fois installé. Vous comprendrez parfaitement que passer un séjour à la campagne à quelques centaines de mètres d’une décharge ou d’une industrie polluante n’est pas très agréable !

6. N’achetez pas seulement pour aujourd’hui !

L’achat d’un logement, même secondaire, vous engage longuement sur le plan financier. Ce n’est donc pas une question à prendre à la légère ! C’est pourquoi vous devez absolument vous méfier de ce que l’on nomme l’achat “coup de cœur”. Préférez au contraire conserver la tête froide et agir avec réflexion. L’achat de ce logement est-il compatible avec mes projets à moyen et à long terme ? Quelle sera ma situation personnelle et professionnelle dans dix ans ? Le logement est-il aisément revendable ? Même si on sait rarement de quoi demain sera fait, il est important de tenir compte de vos aspirations futures afin de ne pas avoir le sentiment de vous être trompé.