Cellules souches: le parlement allemand envisage de libéraliser la recherche

BERLIN (AFP) – Le parlement allemand a entamé jeudi un débat sur l’utilisation des cellules souches embryonnaires humaines pour la recherche médicale, nombre de députés souhaitant libéraliser les règles encore très restrictives en vigueur.

Une proposition, défendue par la ministre conservatrice (CDU) de la Recherche, Annette Schavan, vise seulement à autoriser l’achat à l’étranger de cellules souches embryonnaires datant d’avant mai 2007, alors qu’actuellement elles doivent dater d’avant janvier 2002.

Ceci permettrait l’étude d’environ 500 lignées de cellules souches contre 40 actuellement, selon les spécialistes.

Or cette libéralisation limitée est elle-même très contestée: le thème de la recherche génétique, comme tout ce qui touche aux origines de la vie, est très sensible en Allemagne, en raison du traumatisme causé par le nazisme et du poids des Eglises.

Un vote sur la question n’est pas attendu avant mars. Nombre des 613 députés, qui n’ont pas de consigne de vote de leur parti, n’avaient pas encore arrêté leur décision à l’issue de trois heures et demi de débat. Les clivages sont observés au sein des partis, par exemple au sein du parti chrétien-démocrate (CDU) de la chancelière Angela Merkel. Beaucoup de députés verts sont contre l’utilisation des cellules souches embryonnaires, rejoignant pour une fois les conservateurs.

“Il faut prendre en compte le fait que les chercheurs ont besoin de cellules de bien meilleure qualité”, a plaidé jeudi Mme Schavan.

“Je pense qu’un changement de la date est quelque chose qu’on peut raisonnablement envisager”, a-t-elle ajouté.

Parmi les autres propositions débattues par les parlementaires figurent le maintien des règles en vigueur, la levée de toute limitation de date à l’achat de cellules, et l’interdiction pure et simple de la recherche sur les cellules embryonnaires.

“Je crains que l’autorisation de nouvelles lignées de cellules souches sape la crédibilité morale” des principes sur lesquels repose la loi allemande, a déclaré le chef du groupe parlementaire chrétien-démocrate (CDU), Volker Kauder.