Comment Pécresse pourrait sortir de la crise?

Statu Quo, geste symbolique ou vrai concession ? Rallonge budgétaire modeste ou substentielle ? Modification de détail ou aménagement réel de la loi Pécrese ? A la veille de la manif du 2O novembre, et en spéculant sur la participation des lycéens et des étudiants, le cabinet de la ministre passait en revue les solutions les plus appropriées.

Si les grandes options de la loi ” Liberté et responsabilité des Universités – LRU – renforcement des pouvoirs du président de la fac, notamment pour recruter des enseignants ou attirer de l’argent privé – ne semblent guère négociable, d’autres modifications ne sont pas exclues. Par exemple, l’augmentation du nombre d’élus étudiants ( réduit par la loi LRU )à l’intérieur des conseils d’administration universitaires. Ou l’assouplissement des mesures d'”orientation active ” (sorte de préinscrption en fac ) proposées aux lycéens des classes terminales.

Faut pas rêver

En cas d’extension du mouvement, il serait même question d’un nouveau staut social de l’étudiant, vieille lune promise par Chirac en … 1995. Avec la priorité donnée au logement. Chaqur années, près de 300 000 demandes de chambres en foyer restent en rade. Le plan Anciaux, qui prévoyait la construction de 5 000 studios et la réhabilitation de 7 000 autres durant dix ans, a pris un sérieux retard.

Autant de scénarios suspendus à une autre inconnue : comment va réagir Sarkozy, jusque là bien silencieux sur le dossier. Tellement que Fillon s’est permis quelques déclarations, affirmant un jour que la mobilisation étudiante n’avait ” pas de sens “, un autre, qu’elle était le fait d'”ultraminoritaires”.

Fillon devrait se méfier. Auteur d’un amendement à la loi Pécresse instaurant des bureaux d’insertion professionnelle dans chaque campus, le sénateur PS David Assouline souligne que grèves et blocages étudiants ne sont pas motivés par la seule loi LRU. Tout en reconnaissant l’effort financier consenti – 5 milliards d’augmentation en cinq ans pour un budget actuel d’une dizaine de milliards -, Assouline estime que la loi s’est trompé de priorités.

” Elle est toute entière axée sur la gouvernance des facs, explique-t-il, faisant largement l’impasse sur quatre dossiers brûlants : l’échec massif en premier cycle, les carrières des doctorants et post-doctorants, la ” misère étudiante ” et les débouchés professionnels. En plus, les effets du supplément budgétaire ne se feront pas sentir avant la lin 2008 au mieux.”

Sauf si les mobilisations et les manifs à venir font s’entrouvrir les tirroirs-caisses…

Source : Le Canard enchainé

Au delà d’un mouvement anti-LRU voire anti-Sarko, c’est une vrais demande de reconnaissance, de moyen et d’encadrement que nous devons porter.

Commentaires

1. Le jeudi 22 novembre 2007, 17:28 par Fanny Sizorn
C’est Fanny (http://fannysizorn.blogspot.com/).

Réponse de ton commentaire : mais qu’elles sont les avancées de la loi LRU ? Pourquoi negocier sur son contenu ?

2. Le jeudi 22 novembre 2007, 17:45 par Adrien
Rien n’est vraiment bon dans cette loi. Mais le but de tous les mouvement sociaux est d’obtenir des avancés social. Donc négocions pour avoir une chance d’avoir quelque chose.

Sinon à quoi ça sert de se mobiliser?

3. Le jeudi 22 novembre 2007, 22:26 par Cédric
Négocier tout simplement parce que c’est cela vivre et faire vivre une démocratie peut-être…

Contester, ce n’est pas suffisant, il nous faut proposer, et donc négocier. Si on est dans la rue (comme beaucoup d’autres d’ailleurs et pour tant de professions ou branches) c’est parce que le cadre de négociation était trop faible, que la position du gouvernement ne laissait finalement place qu’à la mobilisation. Désormais, ils sont poussés à discuter et donc nous mêmes à retourner à la table des négociations. C’est cela je pense être responsable.