Des chercheurs synthétisent artificiellement le génome d’une bactérie

Des chercheurs du laboratoire privé Craig Venter Institute on entièrement synthétisé le génome de la bactérie Mycoplasma genitalium, il s’agit d’une étape importante dans la création d’un être vivant artificiel.

Le travail des chercheurs a été publié dans la revue Science (l’une des plus prestigieuse). L’étude décrit une méthode qui pourrait permettre de synthétiser des molécules d’ADN bien plus grandes qu’auparavant, ce qui est une étape de plus vers la création de microorganismes synthétiques. Ceci pourrait permettre un jour de produire des biocarburants, traiter des déchets toxiques ou piéger le carbone par exemple.

Daniel Gibson et ses collègues ont effectué la synthèse chimique in vitro de larges fragments de la séquence génomique, chacun de ces fragments représentant un huitième à un quart du génome complet de la bactérie, puis les ont conservés dans des chromosomes artificiels hébergés par la bactérie E. coli. Ils ont ensuite assemblé les éléments dans de la levure, utilisant pour ce faire une partie de sa propre machinerie cellulaire.

Afin de marquer leur création, les chercheurs ont également ajouté de courtes séquences “filigranes” à certains endroits du génome qui peuvent tolérer des insertions d’ADN.