François Hollande se prononce pour la formation d’un “grand parti de la gauche”

Invité de l’émission “France Europe Express”, dimanche 13 mai, François Hollande a plaidé pour la formation d’un “grand parti de la gauche”. “Les radicaux de gauche, les amis de Jean-Pierre Chevènement y sont prêts, et nous allons le faire avec tous ceux qui le voudront”, a expliqué le premier secrétaire du Parti socialiste. M. Hollande a indiqué vouloir s’atteler à ce projet “après les élections législatives”.

Après ces échéances, “il y aura des assises qui permettront de refonder un grand parti de la gauche”. Et d’expliquer : “On ne peut pas avoir un grand Parti socialiste” avec “des petites forces, des satellites autour de lui”. “La droite a su le faire” en créant l’UMP, a observé le numéro un socialiste.

“ON VA PRENDRE TOUT L’ESPACE”

Quel serait l’espace politique de la nouvelle formation ? “Tout l’espace qui va de la gauche, sans aller jusqu’à l’extrême gauche, jusqu’au centre gauche ou au centre”, a affirmé M. Hollande. Selon lui, “on ne va pas sous-traiter, ni à une gauche radicale qui n’existe plus, ni à un centre qui, lui, existe. On va prendre tout l’espace”.

“Il faut que nous fassions l’effort, les socialistes, de dire ‘maintenant nous allons discuter’ (…), mais il faut le faire sur une ligne politique”, a-t-il insisté. A ses yeux, cette “ligne” ne saurait être sociale-démocrate, comme le propose Dominique Strauss-Kahn. La social-démocratie est “un modèle assez vieillissant, c’est un vocabulaire qu’on utilisait dans les années 70 ou 80”, a-t-il dit. Quant au “social-libéralisme”, il “est peut-être déjà passé de mode”. “Il faut inventer”, a lancé M. Hollande.

Interrogé sur le nom de ce futur parti, M. Hollande a répondu : “Cela ne troublerait pas de s’appeler ‘la Gauche’, c’est même plutôt un honneur.”