Hamon, la relève… par “la Forge”, pour réinventer la gauche

Pour permettre a ceux qui ne connaissent pas le PS de l’intérieur d’en savoir un peu plus sur la dernière tête montante. J’aimerais vraiment qu’il perce…

Article du nouvel Obs.

Il lance sa fondation cet été…

Bombardé « porte-parole », on l’écoute, on le courtise.

Certains voient déjà en lui un futur premier secrétaire

Après les « éléphants » et les « jeunes lions », un nouveau quadrupède a fait son apparition dans le bestiaire socialiste : la « chèvre » ! Le jeune député européen Benoît Hamon en a fait sa mascotte au point de la faire figurer en tête de son blog. Mais qu’on ne s’y trompe pas. L’animal est moins doux qu’il n’y paraît, comme le précise une citation de l’écrivain malien Amadou Hampâté Bâ, publiée en guise d’avertissement : « Si tu vois une chèvre devant la tanière du lion, aie crainte de la chèvre »…

Qui a peur de Benoît Hamon ? La question ne se pose pas aujourd’hui en ces termes. Plus connu dans son parti que par le grand public, ce socialiste qui vient de fêter ses 40 ans n’est pas encore en mesure de faire trembler ses camarades. Mais c’est l’homme dont on parle de plus en plus au PS. Dans un parti très critiqué pour ne pas avoir su faire émerger de nouveaux visages, le secrétaire national au projet européen incarne avec quelques autres la relève. Bombardé « porte-parole » sans le titre, au lendemain de la défaite du 6 mai, c’est lui qui tient désormais les traditionnels points de presse. On l’écoute, on le courtise comme jamais auparavant. Au point que certains, dans l’entourage de François Hollande notamment, laissent même entendre qu’il pourrait avoir le profil d’un prochain premier secrétaire !

« Tout cela n’est pas sérieux », sourit ce jeune homme brun au regard clair, qui sait combien d’hypothétiques candidatures se sont fracassées dans des parties de billard à trois bandes. Le Parti socialiste, il le connaît bien. Pour ainsi dire, il n’a même connu que ça depuis vingt ans. Fils d’un ouvrier des chantiers navals et d’une secrétaire, il a poussé les portes de la section socialiste de Brest en 1987 au lendemain des manifestations étudiantes contre le projet de réforme des universités d’Alain Devaquet. Il en garde le souvenir d’avoir été plus formaté que formé. « Je suis tombé chez des rocardiens , en trois mois je détestais Mitterrand ! », raconte-t-il.

Benoît Hamon est à l’époque plus loup que chèvre. En 1993, il prend les rênes du Mouvement des Jeunes socialistes ( MJS ) et se forge une zone d’influence dans les organisations de jeunesse de gauche dont les papes s’appellent alors Jean-Christophe Cambadélis ou Julien Dray. Son militantisme a raison de ses études de sciences éco, mais qu’importe. En 1995, Jospin l’appelle pour prendre en main sa campagne jeunes. Il y rencontre Martine Aubry qui l’invitera à rejoindre son cabinet au ministère de l’Emploi en 1997. Dix ans plus tard, et malgré leur désaccord lors de la bataille du référendum sur le traité constitutionnel européen en 2005, la maire de Lille ne tarit pas d’éloges sur les qualités de ce « garçon fin, ouvert et structuré politiquement », dont elle est restée proche. Après la défaite de Jospin en 2002, il rejoint les fondateurs du courant Nouveau Parti socialiste ( NPS ), Arnaud Montebourg, Vincent Peillon et Julien Dray, qui y restera moins d’un an. Opposant déclaré à la ligne majoritaire défendue et incarnée par François Hollande, plus à gauche et très porté sur les questions institutionnelles, le NPS s’impose en 2005 comme le deuxième courant du PS au congrès du Mans. Entre Peillon et Hamon se nouent une complicité intellectuelle et une amitié quasi filiale, même si sept années les séparent seulement. Las. En 2006, le premier choisit Royal quand le second finit par voter Fabius lors de la primaire interne. La rupture amicale se double d’une bataille peu reluisante pour conserver les clés de la maison. « Aujourd’hui le NPS est mort, nous l’avons tous tué », constate Hamon, qui ne renie rien de cette expérience dont il est sorti « enrichi intellectuellement » .

Très applaudi lors du dernier conseil national le 23 juin, Benoît Hamon jouit d’une bonne popularité dans le parti mais ne dispose pas encore des troupes suffisantes pour voir plus loin. « C’est un très bon, encore en gestation, souligne Pierre Moscovici qui l’a côtoyé au Parlement européen. Il lui reste toutefois à moins s’occuper de la jeunesse et à achever un travail de fond. »

Peu convaincu par Ségolène Royal, à qui il reproche d’avoir donné une nouvelle légitimité à la droite en axant sa campagne sur des thématiques conservatrices comme l’ordre juste ou le donnantdonnant, Hamon compte bien prendre toute sa part à la réinvention de la gauche. Il envisage de lancer cet été une fondation qui ne soit pas « une société savante de plus » mais un lieu de débat ouvert à une centaine d’universitaires, experts, élus, syndicalistes et hauts fonctionnaires pour permettre au PS de se réarmer culturellement ( 1 ). Le député européen, qui aime la confrontation, se targue de vouloir« mettre des angles là où d’autres choisissent des rondeurs » . Il devrait pouvoir s’y essayer dès l’automne prochain… sur le terrain, à l’occasion de la coupe du monde de rugby parlementaire, où il affrontera, en tant qu’ailier, ses homologues d’Afrique du Sud ou de Nouvelle-Zélande !