La France veut faire “une pause” dans les biocarburants de 1ère génération

La France veut faire “une pause” dans les biocarburants de première génération, qui sont fabriqués à partir de plantes vivrières et sont accusés de concurrencer les cultures alimentaires, a annoncé mardi à Rome le ministre français de l’Ecologie, Jean-Louis Borloo.

“La position de la France est claire: cap sur la deuxième génération de biocarburants”, c’est-à-dire des carburants fabriqués à partir de plantes non vivrières, et “pause sur de nouvelles capacités de production (de biocarburants) d’origine agricole”, a déclaré le ministre français.

Les investissements déjà lancés pour produire des biocarburants de 1ère génération seront toutefois “honorés”, a-t-il précisé.

M. Borloo s’exprimait en marge du Forum international de l’énergie, qui a réuni de dimanche à mardi des pays producteurs et consommateurs de pétrole.

Le ministre a souhaité également que les biocarburants importés “respectent les normes de travail internationales”, permettent des “réductions d’émissions de CO2”, remplissent “des critères de durabilité dans leur production”.

Il a souhaité “qu’on amplifie la recherche sur la deuxième génération pour que ces biocarburants ne soient en aucun cas en concurrence avec des sites (…) alimentaires”.

La France va prendre à partir du 1er juillet la présidence de l’Union européenne, qui s’est fixée pour objectif que les biocarburants représentent 10% de sa consommation de carburants en 2020.

Pays producteurs et consommateurs présents à Rome ont accusé les biocarburants fabriqués à partir notamment de céréales de contribuer à la flambée des prix agricoles, qui a provoqué ces derniers jours des émeutes de la faim dans plusieurs pays.

J’en avait déjà parlé il y a plusieurs mois : les agrocarburants sont une fausse bonne idée. Hausse des cours des produits alimentaire, bilan carbone nul voire négatif, non remise en cause des besoins énergétique; etc. Alors tant mieux, cherchons encore a les améliorer mais pour le moment on vois biens que ça ne fait qu’empirer les choses.