La gauche réformiste se rassemble…

Après un accord PS-MRC, Jean-Pierre Chevènement retire sa candidature.

Les délégués à la convention nationale du partie MRC, réunie à Paris, ont voté à 84 % “en faveur du soutien à Ségolène Royal et de la validation de l’accord (électoral avec le PS) et 16 % ont voté contre”, a annoncé Patrick Trannoy, secrétaire national aux élections du MRC.

Chevenement devrait donc retiré sa candidature et une gauche gouvernementale unie devrait se présenter devant les électeurs… La gauche unie, véritable gage de la victoire? Pas forcément mais c’est déjà un gage de gouvernement solide. En effet, au lieu de se diviser sur des point non fondamentaux, on va combattre une politique vraiment différente : l’extrême droite et la droite extrême avec sarko et le pen!

En 2002 Chevenement avait obtenu 5,33% des vois, le pen 16.86% et Jospin 16,18%.

On ne peut pas dire que Chevenement à fait perdre les élection à la gauche, c’est Jospin qui l’a fait. Avec une mauvaise campagne axé sur l’insécurité et le jeu de la droite! Il n’a pas su profiter de son billan (plus que bon face à celui de Raffarin/De Villepin). Cependant, un léger calcul nous montre que 16,18 + 5,33 est très nettement supérieur à 16,86. Mathématiquement la gauche aurait du largement passé le FN (heureusement). Si on ajoute le score de Christiane Taubira (2,32%) on améliore encore le résultat.

Ce retrait est donc une avancé pour éviter le désastre de 2002 mais aussi le gage d’une politique axé vers la gauche en cas de victoire. Réjouissons nous de cette accord et assurons nous de continué à associé la totalité de la gauche a notre programme gouvernementale.

Nous devrions faire les yeux doux aux vert et à Dominique Voynet plutôt qu’a Nicolas Hulot. En effet, la première crée une dynamique écologique depuis de longues années (plus ou moins bien) alors que le deuxième (même si on ne peut pas le lui reprocher) crée un effet de mode!

La gauche de la gauche semble ne pas réussir à créer une dynamique et un candidat unitaire (« désignation en cours »), profitons de cette chance pour créer un véritable projet de gauche qui puisse plaire à tous. Crédible mais efficace, réformiste mais révolutionnaire dans les idées, très fortement écologique mais économiquement viable, axé vers l’avenir mais pas vers le libéralisme. Un projet de gauche quoi!

J’espère que les partis communiste révolutionnaire (LO, LCR, PT) ne feront pas un gros score. Le temps n’est plus à la contestation pure et dure mais à la proposition et à la progression. Nous avons les moyens de l’emporter, le peuple à intérêt de voire la gauche au pouvoir. A nous de le lui montrer…