Le Pen, perpétuel victime…

Publié le : 01 décembre 20202 mins de lecture

Le Pen menace la droite s’il n’obtenais pas ses 500 signatures…

C’est marrant, je me rappelle qu’en 2002 il nous à servit la même rengaine. A croire que les mauvaises langues pourrait le soupçonner de vouloir se victimiser…

Pour rappel, en 2002 même le nain (pas Sarkozy : Bruno Mégret…) à réussi à se présenter. Alors le vieux coup de « la victime perpétuel à qui tout le monde en veut alors qu’il est gentil quand même », ça commence à suffire.

Si on en veut à ce type, c’est seulement à cause de son « programme ». Si on considère la haine de l’étranger, le nationalisme à l’extrême, la stigmatisation de la pauvreté, le conservatisme effréné, etc. comme un programme.

De toute façon il est évident que Le Pen aura ses signatures. Il serait même normale qu’il les ai. Quelqu’un qui représente 17% des voix doit pouvoir se présenter. A nous, démocrate, de réussir à le combattre sur les idées (normalement ça devrait être facile, reste à toucher tout le monde) pour qu’il retombe au chiffre qu’il mérite (2 voix : lui et sa fille).

Attention tout de même. L’obscurantisme à encore de beau jour devant lui : une étude du CSA crédite Le Pen de 17% d’intention de vote. C’est du jamais vu! Même dans ces années maudites de 2002, Le Pen ne dépassait pas les 13% d’intention de vote au premier tours. En effet : il paraîtrait que les électeurs du FN ont honte d’avoué leurs choix quand on leurs pose la question au téléphone.

Il y a donc deux possibilité aussi peu réjouissante l’une que l’autre : soit le FN et le Pen ont augmenté leurs fourchette d’électeurs, soit le vote front national à été banalisé.

En tout cas la lutte anti-racisme a de beau jours devant elle…

 

Plan du site