Montpellier

Publié le : 01 décembre 20203 mins de lecture

Qui c’est qui ne connait pas encore Montpellier?

La ville se situe à 10 km de la mer Méditerranée (Palavas-les-Flots) par voie express et à 75 km du point montagneux le plus proche (Mont Aigoual, situé dans le département du Gard). Pour la placer géographiquement par rapport à ses grandes consœurs, Montpellier est à 54 km de Nîmes (Gard), 168 km de Marseille (Bouches-du-Rhône), 248 km de Toulouse (Haute-Garonne), 305 km de Lyon (Rhône) et 347 km de Barcelone (Espagne). Elle est également à 750 km de Paris.

Aujourd’hui huitième ville de France par sa population intra-muros et troisième ville française de l’axe méditerranéen (derrière Marseille et Nice), elle est l’une des rares villes de plus de 100 000 habitants dont la population a augmenté de façon ininterrompue depuis une cinquantaine d’années. Elle a plus que doublé sur cette période pour atteindre le chiffre officieux de 244 300 habitants au 1er janvier 2005.

Montpellier a une topographie assez torturée bien qu’elle soit très proche de la mer. On pourrait penser que la ville est plutôt plate. Il n’en est rien, bien que son point culminant soit seulement à 57 m à la place du Peyrou (ancienne place royale où trône la statue de Louis XIV). Montpellier étant construite sur une colline, certaines rues sont à forte dénivellation.

Montpellier est située entre deux cours d’eau : le Lez à l’est, et la Mosson à l’ouest. Son paysage est surtout marqué par le pic Saint-Loup, situé à 25 kilomètres au nord de la ville et visible depuis la promenade du Peyrou et depuis la terrasse du toit du Corum.

Avec la création de nouveaux quartiers à l’est puis au sud du centre-ville (successivement Antigone, Richter puis Port Marianne), et sous l’impulsion de Georges Frêche, qui a déclaré en 1977 vouloir faire de Montpellier la façade maritime entre Gênes et Barcelone, Montpellier est progressivement « tirée vers la mer ».

Le territoire communal, d’une superficie de 5 688 hectares, malgré une urbanisation galopante, est urbanisé environ aux 3/5. Le reste du territoire communal est composé d’espaces verts, d’espaces naturels protégés (Rives du Lez, Réserve zoologique Lunaret et Bois de Montmaur) et de zones agricoles.

Le climat de Montpellier est typiquement un climat méditerranéen.

Il en découle des précipitations plutôt rares mais violentes, principalement entre septembre et début mars. Au contraire, l’été est souvent très sec, voire aride, avec seulement quelques précipitations en août liées aux orages. Contrairement à une idée répandue, il ne pleut pas moins à Montpellier qu’à Brest, mais les précipitations sont beaucoup plus concentrées.

Le taux d’ensoleillement journalier moyen est de 7h22, très largement supérieur à la moyenne française de 4h46. Et toc!

La température annuelle moyenne est de 14.2°C, supérieure à la moyenne nationale de 12.2°C

En gros : qu’il fait bon de vivre à Montpellier

 

À parcourir aussi : Brèves

À parcourir aussi : Montpellier fait partis des 6 premières université du plan Campus

Plan du site