Morale et éthique : différence et explication

Publié le : 01 décembre 20207 mins de lecture

Léthique est une discipline philosophique portant sur les jugements moraux. C’est une réflexion fondamentale, sur laquelle, en principe, la morale (en grec ethos) de tout peuple pourrait établir ses normes, ses limites et ses devoirs. Nous nous sommes souvent demandés quelle était la différence entre l’éthique et la morale. Très souvent, les deux termes sont utilisés comme synonymes, mais en réalité, ce n’est pas le cas. Le terme éthique vient du mot grec èthos.

Étique

L’éthique est définie comme la branche de la philosophie qui analyse le comportement correct, la façon de penser et les valeurs justes qui doivent être suivies en toutes circonstances. L’éthique est sans aucun doute axée sur l’étude des normes que l’individu devrait utiliser dans sa vie quotidienne. En outre, l’éthique est également comprise comme la recherche d’un ou plusieurs critères permettant à la personne de gérer sa liberté de manière appropriée et adéquate, car elle a pour objet les valeurs morales qui déterminent le comportement de l’individu. L’éthique s’intéresse au sens de l’existence de l’homme, à son sens éthique et existentiel profond, à la vie de chaque individu et de l’univers qui l’entoure. En bref, l’éthique, si elle est associée à la communauté, définit la morale commune que l’individu doit en tout état de cause suivre. Le terme éthique est souvent utilisé dans les domaines philosophique et professionnel, mais ces dernières années, il a influencé plusieurs autres domaines et on a donc beaucoup parlé d’éthique des médias et de la communication, d’éthique environnementale et de neuroéthique. L’éthique est donc relative et contingente. Elle est relative à chaque individu, et même au vécu actuel de chaque individu, puisqu’elle concerne la préférence d’un individu à un moment donné entre un nombre limité de possibilités. Elle est donc contingente, parce que d’autres individus, ou bien le même individu à d’autres moments, ou dans d’autres circonstances, pourraient avoir des préférences différentes

Morale

Le terme moral, en revanche, vient du mot latin moràlia et indique la conduite dirigée par des normes, le guide selon lequel l’homme doit agir. En bref, la moralité étudie la relation entre le comportement, les valeurs et, enfin, la communauté. La morale, dans ce cas, est comprise comme un objet d’étude de l’éthique. Ensuite, il y a deux types de moralité : la moralité religieuse, où l’efficacité de la norme vient certainement de Dieu de manière absolue, et la moralité laïque qui soutient que les normes morales peuvent exister même en l’absence de Dieu, puisque les normes sont basées sur la nature de l’homme. Le terme moral, compris comme un adjectif, est lié à la conduite des personnes et à leur comportement, il est donc exposé à une évaluation ou un jugement minutieux. La morale, c’est-à-dire au devoir constant de tout individu. Il y est question, non pas de valeur relative et contingente, mais de Bien et de Mal, c’est-à-dire d’un critère de valeur absolu et obligatoire, lequel devrait être suivi par tout individu, constamment, quelles que soient les circonstances. La morale signifie qu’il peut y avoir, parmi les lignes de conduite ouvertes à un individu à un moment donné, certaines qui lui soient obligées, et d’autres qui lui soient interdites, non pas en raison de la valeur relative qu’il leur donne, mais du fait qu’elles soient en elles-mêmes Bien et Mal. Il est courant de moquer ceux qui croient encore au Bien et au Mal. Ce qui est en jeu, pourtant, dans cette distinction, ce n’est pas seulement la morale, mais aussi bien le droit. Car ils sont la même chose. Comme on l’a vu, le concept de droit implique que certains types d’action soient illégitimes et les autres seulement légitimes. Mais c’est la même chose que de parler de légitimité et d’illégitimité ou de Bien et de Mal. La morale est donc le devoir qu’a tout individu de respecter toujours la liberté éthique de tout autre. Ou, ce qui est la même chose, elle est le respect de la propriété privée. Comme on le sait, en effet, les éthiques individuelles ne sont compatibles que dans la mesure où la liberté de chacun est pleine et entière pour ce qui concerne l’emploi de ses propriétés privées, donc nulle pour ce qui concerne l’emploi des propriétés privées de tout autre.

Différences entre éthique et morale

Nous allons présenter les problèmes éthiques et moraux que posent la FIV et les bébés médicaments. Faisons tout d’abord la différence entre l’éthique et la morale, car ces deux mots ont une signification proche. La morale vient du latin mores, qui signifie mœurs. Ainsi, la morale serait l’ensemble des règles propres à une société particulière. Ces règles sont dépendantes d’un contexte, de circonstances, des mœurs de la société. On donnera donc la définition suivante à la morale : ensemble de doctrines, de règles de conduite, de relations sociales donc de normes, qu’une société se donne, et qui varient selon la culture, les croyances, les conditions de vie et les besoins de la société. L’éthique est considérée par les philosophes comme la science du bien et du mal. Elle permet de définir objectivement ce qui est bien et ce qui est mal. Les comités  d’éthique essayent de déterminer si  tel  acte : médical,  social, politique, etc., est  bon  ou  mauvais. Pour définir le bien du mal, il faut déterminer les caractères objectifs, et donc immuables de ce qui est bon et de ce qui est mauvais. Ainsi, la morale et l’éthique sont toutes deux des sciences de la distinction entre le bien et le mal. La différence est donc que la morale varie en fonction des mœurs de la société, tandis que l’éthique cherche à déterminer le bien et le mal en fonction de caractères objectifs.

Plan du site