Projet fiscale de sarkozy

Publié le : 01 décembre 20203 mins de lecture

Les campagnes de 2007 permettront de confronter les visions économique et fiscale des différents projets. L’UMP exige des salariés qu’ils travaillent plus et propose aux rentiers de payer moins d’impôts. Ce débat mérite d’être éclairé par quelques chiffres qui dressent le portait économique et social du pays.

L’«Enquête sur les revenus fiscaux» publiée par

l’Insee

fait un point très précis sur les revenus et le patrimoine des Français. Elle nous apprend ainsi que :90 % des Français gagnent moins de 2 200 euros par mois ;80 % des Français gagnent moins de 2 000 euros par mois ;50 % des Français gagnent moins de 1 500 euros par mois ;40 % des Français gagnent moins de 1 400 euros par mois ;20 % des Français gagnent le SMIC, soit moins de 1 000 euros.

Cette étude permet d’affirmer également que l’inégalité de répartition des richesses se retrouve avec autant d’acuité dans la détention du patrimoine, puisque :

les 1% les plus fortunés (350 000 ménages) détient un patrimoine supérieur ou égal à 1,25 millions d’euros ;les 25 % les plus fortunés détiennent un patrimoine de 260 000 euros ;les 25% les moins fortunés détiennent un patrimoine de 11 000 euros ;les 2 % les moins fortunés (625 000 ménages) détiennent un patrimoine de 230 euros.

Fiscalement, le bilan de l’UMP est clair : ses «réformes» fiscales ont accru les inégalités, en privilégiant les très hauts revenus et la rente, au grand détriment de la juste récompense de la peine. Les baisses d’impôts sur le revenu, votées depuis 2002, ont ainsi permis à :

un célibataire qui gagne 4 000 euros par mois de payer 1 300 euros d’impôt sur le revenu en moins par an ;

un couple sans enfant qui gagne 8 000 euros par mois de payer 2 600 euros d’impôt sur le revenu en moins par an ;un célibataire qui gagne 100 000 euros par mois de payer

100 000 euros d’impôt sur le revenu en moins par an

.

Le bilan de la seule réforme de l’impôt pour 2007 est à cet égard accablant : il faut gagner plus de 10 000 euros par mois pour commencer à en bénéficier.

À parcourir aussi : L'ISF, un impôt au cœur du clivage droite/gauche

Plan du site