Razzye Hammadi : « une refondation de la gauche est nécessaire »

Publié le : 26 novembre 20152 mins de lecture

Le président des MJS Razzye Hammadi a estimé dimanche qu' »une refondation de la gauche est nécessaire » et que la « rénovation doit se faire avec le Parti socialiste et le Parti communiste, et pas le PC contre le PS, et le PS contre le PC ».

« Il y une refondation de la gauche qui est nécessaire », a jugé le président du MJS, invité de « Dimanche + » sur Canal+, qui n’a pas exclu qu’un nouveau parti se forme à gauche.

« Beaucoup de gens sont d’accord là-dessus: Henri Emmanuelli, Benoît Hamon, Dominique Strauss-Kahn qui lui n’est pas pour une alliance avec le centre, ou encore François Hollande qui a appelé à une refondation de la gauche », a expliqué Razzye Hammadi.

Interrogé sur le gouvernement d’ouverture de Nicolas Sarkozy, il a souligné que « le coup de ‘com’ est bon, sauf que ce n’est pas tout à fait de l’ouverture ». « Si ça avait été de l’ouverture, M. Sarkozy aurait commencé à ouvrir son gouvernement aux villepinistes. Il n’y en a aucun ».

« Ce n’est pas de l’ouverture, c’est du débauchage », a expliqué Razzye Hammadi, reprochant aux socialistes de « se renier ». « J’entends ce que dit le Premier ministre François Fillon, il a dit que les ministres devraient scrupuleusement suivre la feuille de route de Nicolas Sarkozy. Donc on va voir si Kouchner, Besson sont d’accord avec le service minimum ».

« Je ne veux pas employer des termes tels que ‘traître' », a nuancé le président des Jeunes socialistes. « Pour nous, Bernard Kouchner, ce n’est pas le futur ».

Razzye Hammadi a reconnu que le Parti socialiste avait « une part de responsabilité. Quand Kouchner dit qu’il est pour le Contrat première embauche, la guerre en Irak, qu’est-ce que l’on dit? Parfois, il y a des signes annonciateurs ».

À parcourir aussi : Martine Aubry: "nous avons échoué parce que nous n'avons pas été nous-mêmes"

À parcourir aussi : Jacques Domergue dans l’art de la contradiction

Plan du site