Sarco, le plus grand crocodile de tous les temps

“Sarco”, le plus grand crocodile du monde, vieux de 110 millions d’années -autrement dit, Sarcosuchus imperator-, revit à la Ferme aux crocodiles de Pierrelatte (Drôme), sous la forme d’une reconstitution qu’on dirait presque en chair et en os.

Sarcosuchus imperator (de sarco, “chair”, dont le saurien se nourrissait sans doute, suchus, “crocodile”, et imperator, “empereur”, pour dire le plus grand) avait une longueur de quelque 12 mètres. C’est le plus gros crocodilien connu, sinon le plus gros de tous les temps, ayant existé sur Terre.

Le premier fossile, un crâne, qui a servi de base à l’identification scientifique de l’animal, a été découvert en 1964 au Niger par Philippe Taquet, du Muséum national d’histoire naturelle à Paris. Un squelette complet, sans compter des restes partiels, a été trouvé en 1973 et est aujourd’hui exposé à la galerie de paléontologie du Muséum.

“C’est impressionnant de voir aujourd’hui cet animal en chair et os, pardon… en résine”, dit à l’AFP en souriant Philippe Taquet, venu assister mercredi à l’inauguration de la reconstitution qu’il considère comme “très réussie”. “Il semble encore plus grand que lorsque l’on voit son squelette”, ajoute le paléontologue et ancien directeur du Muséum.

La reconstitution a été réalisée par la société Ophys, spécialisée dans la fabrication de pièces d’exposition à caractère naturaliste et de moulages d’animaux, et basée à Prayssac (Lot-et-Garonne). Elle a nécessité 1.800 heures de travail, 750 kg de résine polyester, quatre hommes et une femme.

Ces professionnels dirigés par Emmanuel Janssens Casteels ont travaillé sous le regard attentif de France de Lapparent de Broin, du Muséum, qui avait co-rédigé en 1966 le premier article scientifique sur l’espèce avec son collègue Philippe Taquet.

La scientifique a de qui tenir, puisqu’elle est la nièce de Félix de Lapparent, lui aussi paléontologue, et qui avait trouvé dès 1947 dans le Sahara nigérien des dents, vertèbres et plaques d’écailles de l’animal à l’identification duquel elle allait participer dix-neuf ans plus tard.

Leur gigantesque “bébé” trône désormais à la Ferme aux crocodiles au milieu de quelque 400 crocodiles, de tortues géantes bien en chair et en os, entourées de 600 variétés de plantes et fleurs tropicales.