Une nouvelle technique de fécondation in vitro

La première naissance d’un enfant – une petite fille – conçu in vitro à partir d’une cellule sexuelle (un ovocyte) immature vient d’être annoncée par le docteur Hananel Holzer, de l’hôpital McGill de Montréal (Canada). Trois grossesses ont d’autre part pu être obtenues à partir de la même technique.

Cette nouvelle première dans le domaine de la procréation médicalement assistée a été annoncée, lundi 2 juillet, lors de la 23e conférence de la Société européenne de reproduction humaine et d’embryologie (Eshre), qui se tient à Lyon jusqu’au 4 juillet.

L’équipe canadienne a mené ses recherches sur un groupe de 20 femmes âgées en moyenne de trente ans et souffrant du syndrome des ovaires polykystiques (ou syndrome de Stein-Leventhal), qui se caractérise par d’importantes perturbations hormonales et une stérilité liée au blocage de la maturation des ovocytes. Les chercheurs ont prélevé au total 296 ovocytes dont 290 étaient immatures. Grâce à une technique originale de culture in vitro, ces cellules sexuelles ont été portées à maturité en moins de 48 heures, puis ont été congelées durant plusieurs mois à partir d’un dispositif de vitrification mis au point à l’hôpital McGill.

Après décongélation, 148 ovocytes ont pu être fécondés via la technique de l’injection intracytoplasmique de spermatozoïdes. Les chercheurs ont ainsi pu obtenir 64 embryons mais seules quatre grossesses ont pu être obtenues. ” Il est possible que cette méthode devienne une des principales options pour la préservation de la fertilité, notamment pour les patientes chez lesquelles on ne peut pas faire de stimulation ovarienne et celles qui n’ont pas suffisamment de temps pour la réaliser “, estime le docteur Holzer. Ce dernier souligne toutefois que cette recherche n’est encore qu’au début de son développement.